Beaucoup de femmes qui font l’expérience d’un manque de confiance en soi connaissent cette sensation: elles veulent se sentir bien dans leur peau, s’affirmer et en même temps, cela leur fait peur. Je le vois tous les jours dans mon cabinet: l’idée de pouvoir finalement s’affirmer et s’aimer soi-même tel que nous sommes nous fait briller les yeux. Mais si on creuse un peu plus (et c’est ce qu’on fait avec le coaching), les résistances et la peur des conséquences potentielles émergent.

Mais pourquoi résister un changement tant souhaité ? Car tout changement a des conséquences, imaginées ou réelles.

Je constate tous les jours que beaucoup de femmes croient que si elles développent la confiance en soi, si elles s’affirment, elles seront jugées comme arrogantes ou égoïstes par leur proches et leur entourage. En rejetant ces parties d’elles-mêmes, elles croient que les autres vont les rejeter aussi.

D’ailleurs, qui souhaite être vu comme une personne arrogante ou égoïste ?

La peur du rejet est un sentiment que nous partageons tous. Le besoin d’être acceptés et aimés tels que nous sommes nous pousse à nous oublier, à démissionner de nous-même, à choisir la reconnaissance plutôt que l’authenticité. Mais à quel prix ? Cela nous confine dans un espace inconfortable qui semble nous donner de la sécurité. Une zone de confort dans laquelle nous choisissons de gérer les conséquences connues du manque de confiance en soi plutôt que prendre le risque de nous épanouir et de co-créer la vie que nous souhaitons vraiment vivre.

La question à se poser est alors : Qu’est-ce qui pourrait se passer si vous développiez vraiment la confiance en soi ? Que devenez-vous si vous êtes sûrs de vous-mêmes ? Est-ce que vous avez peur de ressembler à quelqu’un que vous n’aimez pas ?

Il y a une confusion de base entre confiance en soi et arrogance et beaucoup de personnes ont eu un modèle de référence négatif qui semblait avoir trop de confiance en soi, qui les a souvent blessés. Mais il y a une différence importante entre s’affirmer et devenir arrogant.

Quand vous vous affirmez, vous dites « Je suis bien ».

Quand vous vous comportez de façon arrogante, vous dites « Je suis mieux que toi ».

Avoir confiance en soi et être arrogant ne sont pas la même chose. Quand vous faites ce travail de développement personnel, quand vous avez finalement confiance en vous, vous n’avez plus besoin de prouver votre valeur car vous savez que vous êtes à la hauteur. Vous pouvez reconnaître vos zones d’ombre et de lumière et les aimer, au moins la plupart. Vous pouvez reconnaître que vous êtes compétent sans avoir peur de l’affirmer face à vous-même et aux autres. Vous pouvez demander ce que vous voulez, refuser ce qui n’est pas bon pour vous sans peur de blesser les autres.

Car vous serez aligné, et vous pourrez être vrai et juste avec vous-même. Vivre pleinement en intégrité avec vous-même et les autres.

Devenir une femme pleine de confiance en elle et épanouie, sans oublier ou écraser les autres, est possible.Quand on apprend à s’accepter tel qu’on est, personne ne peut nous rejeter. Les autres peuvent nous apprécier ou pas et c’est complètement okay. Si vous n’avez plus besoin de cette validation qui vient de l’extérieur, car elle vient de l’intérieur, ils ne peuvent pas vous rejeter car vous n’êtes plus en demande. C’est cela qui vous assure la liberté d’être qui vous êtes et d’être bien dans votre peau.

Le manque d’amour de soi est ce que j’appelle la blessure fondamentale. Toutes nos relations dépendent de ceci, et en conséquence, la qualité de notre vie en dépend. Une fois que vous avez soigné cette blessure, vous devenez libre de choisir les autres et les autres de vous choisir, sans la pression de devoir nous offrir la reconnaissance et la validation que nous sommes en mesure de nous donner de façon autonome.

C’est à ce moment-là que vos relations ne seront plus alourdies par cette attente de remplir un vide intérieur avec un remplacement inadequat (l’autre) et elles pourront évoluer vers une nouvelle liberté. En passant de la co-dépendance à la vraie autonomie émotionnelle. C’est tout ce que je vous souhaite.